Vers une culture de l’amande biologique

Le retour des amandes bio dans la Vallée des Baux-Alpilles et sur tout le territoire français, ce sera grâce au projet ELZEARD !
A l’initiative de la CCVBA, un programme d’expérimentations est en cours afin de rendre possible la production d’amandes en agriculture biologique.
C’est Agnes Benoit qui accueillera dans son exploitation, à Saint-Rémy de Provence, le premier verger AMELIE, dans les semaines à venir.
La CCVBA, la Chambre d’Agriculture 13, le GRAB, la fondation Bjorg et leur réseau de partenaires travaillent activement pour la réussite de ces expérimentations.

Petit rappel des faits : 

Un diagnostic des besoins en recherche pour l’amandiculture biologique a été réalisé en 2019 à l’initiative de la communauté de communes Vallée des Baux-Alpilles, en partenariat avec le Groupe de Recherche en Agriculture Biologique, la Chambre d’Agriculture des Bouches-du-Rhône et la fondation Bjorg Bonneterre et Citoyens (l’actuel ECOTONE).
Ce diagnostic a abouti à la proposition du projet Elzéard qui a pour but de contribuer au plan de relance de la filière amande en apportant des solutions concrètes qui pourront in fine bénéficier à l’ensemble des acteurs de la profession pour le développement de l’amandiculture biologique dans le grand sud de la France.
Le projet Elzéard s’inscrit dans un contexte de fort de développement de la culture de l’amandier, pour laquelle la conduite en agriculture biologique reste un enjeu technique face à certains ravageurs et maladies.

Deux actions principales seront menées :
• la coordination d’un réseau de vergers pour l’expérimentation de leviers agroécologiques (alternatives aux insecticides chimiques, agroforesterie et plantes de service, notamment) selon une approche participative avec les producteurs associés.
• la plantation et le suivi de trois vergers pilotes complémentaires sur le territoire de la communauté de communes Vallée des Baux-Alpilles à l’initiative du projet. Ces vergers feront l’objet d’un diagnostic agroenvironnemental pour en évaluer l’empreinte écologique, d’une analyse globale quant à leurs performances et d’une étude nutritionnelle sur les amandes issues des variétés plantées.