Intercommunalité : pour Hervé Chérubini, président de la Communauté de communes Vallée des Baux-Alpilles : « il faut faire preuve de pragmatisme »

Pour l’avenir des territoires des trois intercommunalités du nord du département (la Communauté de communes Vallée des des Baux-Alpilles, Arles-Crau-Camargue-Montagnette et Terre de Provence)… depuis plusieurs mois trois choix sont au débat : l’intégration à Aix-Marseille Métropole (ce n’est pas du tout l’option envisagée par de nombreux maires du pays d’Arles), ou, deuxièmement, reprendre les compétences du Dé­partement en cas de disparition de celui-ci pour regrouper les trois in­tercos et agir dans le cadre d’un Pôle d’équilibre territorial et rural (PETR), ou en les fusionnant dans une seule et même intercommunalité…

Interrogé par le quotidien régional La Provence, Hervé Chérubini indique notamment : « Si  le Département disparaît, qu’est-ce qui est préférable pour nous ? La Métropole Aix-Mar­seille est déjà la plus grosse de France. Est-ce qu’on va encore nourrir Le monstre ? Il faut réfléchir à une solution cohérente pour notre territoire. Si ça doit passer par un rapprochement des trois intercommunalités, je dis banco ! Dans la Métropole, il n’y aura que des miettes pour le pays d’Arles. Puis un pays d’Arles autonome avec les compétences du  Département s’il disparaît, c’est viable… » – : « C’est l‘avenir de nos conci­toyens sur les 30 à 50 prochaines années qui se joue », prévient Hervé Chérubini.

Voir l’article de La Provence du lundi 27 octobre page Revue de presse.

 

Les commentaires sont clos.